Ce livre propose une critique de la réduction du langage à la simple commu- nication et du postulat de celle-ci qui, au nom d’un parler vrai, prétend dire ce qu’il en serait du réel. Vie éprise de parole cherche à faire valoir le pouvoir d’évocation ou d’invocation de la langue. Qu’est-ce que parler veut dire ? Y a-t-il un apprentissage de la langue ? Que nous apprennent Les Mots de Jean-Paul Sartre ou les Variations sauvages de la pianiste Hélène Grimaud ? Quelles sont pour les enfants et les adolescents les répercussions de l’envahissement des objets gadgets dans leur rapport au langage et à la présence de l’Autre ? Plutôt que d’être nostalgique, comment faut-il savoir y faire avec cette modernité ironique qui met en question le savoir de l’Autre ? Il s’agira de trouver comment dire à la fois oui et non aux usages immodérés de ces objets gadgets et de proposer un nouvel éclairage de l’usage fréquent des insultes dans le discours courant. Jacques Lacan faisait de l’insulte le début de la grande poésie, ouvrant une voie que ce livre cherche à explorer. Des divers fragments de vie présentés ici comme des témoignages de cures analytiques, ou des récits de vie extraits de publications, nous pouvons déduire qu’au XXIe siècle, malgré un certain désordre du symbolique, la langue reste vivante pour autant qu’à chaque instant le sujet la crée.