Sur la scène de l’espace Reuilly, 27 adolescents de 4ème et 3ème du collège Guy Flavien étaient habités par les enfants d’Héraclès, ballottés entre passé et présent, mémoire et devenir. Ils ont laissé entendre une voix d’aujourd’hui. Et même si certaines semblaient encore frêles pour porter leurs propres mots et ceux d’Euripide, de Périclès ou de Jeau-Pierre Vernant, la parole des poètes, Bauchau, Siméon, le corps ancré dans le sol, nous avons été saisis par tant de beauté.

Ce fut une aventure, un voyage d’étude qui a duré une année entière, à travers l’écriture, le théâtre, la danse, le cinéma. Les élèves ont inventé une tragédie contemporaine, puisant dans les « Héraclides » où il est question de l’accueil de l’autre, de l’étranger, du droit d’asile.

Le film fait revivre cette expérience. Dans la fiction inventée par les adolescents, les enfants d’Héraclès sont intemporels, traversés par leurs pensées et leur histoire antique… Ils sont les gardiens de la tragédie d’Euripide : leurs mots naissent de la langue contemporaine pour dire le tragique du monde d’aujourd’hui ainsi que les espoirs et les rêves de demain… Les valeurs transmises par Euripide, celles portées par Périclès et le peuple athénien sont rappelées par le chœur de la mémoire, filmé à Epidaure, à Mycènes et dans les lieux mêmes où se déroulent « Les Héraclides » en Argolide et à Athènes.