Dans le domaine de la psychanalyse des enfants, nombreux sont les facteurs qui interpellent le psychanalyste et entrainant ainsi une perte d’attention durant la séance. Qu’il s’agisse d’un spécialiste ou d’un accompagnateur social payé, la question reste toujours la même : j’ai entendu, mais ai-je tout compris ? Fallait-il tout comprendre et tout entendre ? C’est la raison pour laquelle l’éthique professionnelle doit être renforcée auprès de ces spécialistes qui interviennent auprès des enfants. Pour en savoir plus sur ce sujet, rendez vous sur le site www.ressources-psycho.com.

Les questions essentielles

Il n’est pas toujours facile de comprendre le monde dans lequel les enfants gravitent et il en est de même lorsqu’il s’agit de comprendre ses propos. Les questions qui reviennent souvent pour les spécialistes du suivi de l’enfant sont : ses paroles sont-elles toujours vraies ? Son cri est-il juste ? Doit-on toujours l’écouter ? Et souhaitons-nous toujours qu’il dise tout ? Ces interrogations doivent être prises en considération afin d’écouter attentivement l’enfant et comprendre les choses qui le troublent.

Une écoute qui tend vers l’interprétation forcenée

En réalité, le suivi de l’enfant nécessite une spécialisation particulière, si ce n’est authentique, car il atteint à sa personne et à sa dimension secrète et sacrée. Et pourtant, les spécialistes de l’écoute laissent souvent dérouler les mots tandis que les accompagnateurs sociaux, payés, sont justes intéressés par rédiger un rapport sans vraiment chercher une vraie compréhension, mais une compréhension forcenée.

Leur seul but est de trouver une justification à son gain au risque d’atteindre le secret et le sacré de l’enfant. Souvent la grande question se posant c’est également : doit-on faire semblant de ne pas avoir entendu ? Malgré les troubles ou les soucis concernant l’enfant, la réponse est souvent « oui » puisque dans l’esprit des accompagnateurs, l’enfant a souvent tendance à créer des histoires ou raconter des situations inexistantes. Selon ces derniers, l’enfant est surtout soumis à son imagination. Ce qui tend à rendre les choses plus compliquées si ces derniers souhaitent vraiment appliquée l’éthique professionnelle.

Les parents n’ont pas toujours le temps de s’occuper de leurs enfants, généralement à cause de leurs emplois et de leurs occupations, l’enfant doit donc être confié à une structure d’accueil spécialisée, qui doit répondre à certains critères. Pour d’avantage de détails sur ce sujet, visitez le site www.presse-france.com.

Les enfants, des victimes de l’abus sexuel

Les abus sexuels à l’égard des enfants constituent également une situation touchant l’éthique professionnelle. L’art de bien communiquer avec les enfants va définir la nature de la relation entre ce dernier et son interlocuteur. Il faudra alors trouver le bon moyen afin de l’aider à s’exprimer. Pour cela, les professionnels disposent des diverses méthodes afin d’avoir une meilleure compréhension sur le phénomène. Il pourra par la suite mieux recueillir et évaluer les paroles de l’enfant présumé victime d’abus.